Ça fait un bout de temps que je veux écrire un article à ce sujet mais je ne sais pas par où commencer. C'est un sujet important pour moi car c'est quelque-chose que j'aimerais inculquer à mes enfants. C'est un outil important qui les aiderait à passer à travers l'adolescence et le début de l'âge adulte. J'avais déjà envie d'écrire sur le sujet quand j'ai lu l'excellent article de Mark Manson intitulé The Subtle Art of Not Giving a Fuck. Si votre niveau de susceptibilité est élevé, vous ne devriez peut-être pas lire l'article mais en même temps, ne perdez pas de temps à lire celui que je suis en train d'écrire non plus. Je ne traduirai pas l'article car je ne pourrais pas le rendre aussi bien que l'original. Je veux tout de même reprendre certains des points soulevés car ils sont, selon moi, importants.

Avez-vous déjà remarqué comment certaines personnes semblent zen? On dirait que tout leur passe cent pieds par-dessus la tête. Quelle est l'expression déjà? Ça coule comme l'eau sur le dos du canard? Bref, on dirait qu'ils se foutent de tout. C'est un peu l'idéal vers lequel je tends et dont je suis si loin. La perception est un peu fausse. Ces gens ne se foutent pas de tout mais ont plutôt tendance à accorder de l'importance à ce qui en a vraiment.

Il y a une inside joke dans la famille de ma femme: renverser de l'eau sur le comptoir et se fâcher en disant christie d'bâtard (désolé Marcel ;) ). Ok! C'est désagréable de renverser son verre sur le comptoir... et puis après? On s'en fout, on passe un linge pour essuyer et c'est fini. Le petit dernier renverse sa collation? On lui montre calmement à la ramasser, la jeter et on lui en redonne une autre. Ça donne quoi de s'en faire avec ça? Absolument rien. La fille au comptoir du dépanneur est bête? Pourquoi se fâcher? Faites-lui un sourire et continuez votre journée en oubliant ça. Ça n'a aucune importance. Pourquoi alors en accorder et gâcher une partie de notre journée avec ça?

Le problème, c'est qu'en accordant trop d'importance à toutes sortes de choses, pour toutes sortes de raisons, on finit par s'enfermer dans des murs qui nous semblent insurmontables. En accordant moins d'importance à certaines choses, on diminue par le fait même la peur de l'échec ou du rejet. La vie serait beaucoup plus facile. C'est tellement simple à dire mais tellement compliqué à se rentrer dans la tête. Voici quelques points pour vous aider à réfléchir.

S'en foutre ne veut pas dire être indifférent. Ça veut dire qu'on est confortable avec l'idée d'être différent.

Il y a une différence entre l'indifférence et savoir quand se foutre des choses. Certaines personnes semblent indifférentes. On dirait que rien ne les touche. L'indifférence pure n'est souvent qu'un égocentrisme extrême ou une déconnexion complète de la réalité. Je n'ai pas rencontré ça souvent. Il y a une énorme différence avec le fait de se préoccuper des choses importantes et de laisser le reste glisser sans nous affecter.

C'est dans la nature de l'être humain de vouloir être aimé de tous mais en même temps, c'est si facile de s'oublier dans le processus. Quand on peut accepter que les gens autour de nous sont différents et que ce n'est pas grave, ça devient beaucoup plus facile de relativiser les choses. Accepter les différences chez les autres, ça veut aussi dire accepter l'idée d'être différent. Pourquoi vouloir être comme tout le monde? C'est un des éléments qui nous amène à se préoccuper de toutes sortes de petites choses alors qu'on devrait s'en foutre. Ce n'est pas grave d'être différent et vous n'avez pas à plaire à tout le monde. Cessez de vous en faire avec tout et acceptez votre différence.

Pour se foutre de l'adversité, vous devez tout d'abord trouver des choses plus importantes que l'adversité.

Dans la vie, on accorde beaucoup trop d'importance à des choses tout à fait anodines et à des événements sur lesquels nous n'avons aucun contrôle. On est fâché parce qu'ils annoncent de la pluie. Sérieusement, qu'est-ce que tu peux faire pour changer ça? Tu voulais aller courir et il pleut? Fuck that! Vas-y pareil! Quand quelque chose t'énerve, si tu peux y répondre par Ouin, pis?, c'est signe que tu devrais t'en foutre complètement. 

Quand ta vie tourne autour de choses insipides comme la météo, par exemple, c'est peut-être le temps de faire une petite introspection pour voir ce qui devrait compter vraiment dans la vie. Ton amoureux, tes enfants, tes parents, etc. Qu'est-ce qui compte réellement, pour toi, dans ta vie.

C'est une autre subtilité importante. Qu'est-ce qui compte pour toi? Pas pour les autres autour de toi. Les gens qui ne trouvent pas ce qui est important pour eux ont tendance à se mêler de la vie des autres. Une citation intéressante à ce sujet de Eric Hoffer:

A man is likely to mind his own business when it is worth minding. When it is not, he takes his mind off his own meaningless affairs by minding other people’s business.
— Eric Hoffer

Si vous passez trop de temps à vous préoccuper de tout ce que les autres font ou pensent autour de vous, c'est probablement parce qu'il ne se passe pas assez de choses importantes dans votre vie ou que vous ne les voyez pas passer.

Vous avez une quantité d'énergie limitée pour vous préoccuper de tout ce qui se passe autour de vous alors dépensez cette énergie pour des choses qui comptent vraiment

Quand on est jeune, on se préoccupe de tout et je crois que c'est pire à l'adolescence. On se demande ce que tout le monde pense de nous. On accorde une importance démesurée à la moindre couette de cheveux de travers, au moindre regard des gens qu'on croise, à la moindre subtilité d'une expression faciale qui peut vouloir dire beaucoup trop de choses pour qu'on puisse les comprendre. On s'invente des scénarios hyper compliqués sur des choses tout à fait futiles.

En vieillissant, on se rend souvent compte que ces futilités n'ont que très peu d'influence (ou pas du tout) sur notre vie. Après quelques années, la personne pour qui tu aurais tout fait pour qu'elle ait une bonne opinion de toi ne fait même plus partie de ta vie. Tu as fais le ménage dans toutes ces personnes superficielles qui te tournaient autour pour ne garder que les véritables amis. Ces personnes que tu aimes et qui t'aiment se foutent complètement que ta couette soit de travers en autant qu'elles peuvent passer un peu de temps avec toi. Tu peux discuter des vrais choses avec elles au lieu de parler de la maudite pluie qu'ils annoncent dans 4 jours.

Avec l'âge, le niveau d'énergie pour se préoccuper de toutes sortes de choses diminue aussi. Heureusement, tu sais plus ce qui compte pour toi (ou tu devrais plus le savoir) et tu as moins le goût de changer pour t'adapter aux autres. Tu sais que tu as ta personnalité propre et que si quelqu'un ne t'aime pas, qu'il aille voir ailleurs car tu n'en as rien à foutre.

J'aimerais que mes enfants comprennent ça en ce moment plutôt que de l'apprendre plus tard. Découvrez qui vous êtes, acceptez les différences chez les autres mais affirmez vos propres différences. Si certaines personnes n'aiment pas ça, tant pis pour elles. Ce n'est pas nécessaire que tout le monde vous aime. Aimez-vous tels que vous êtes et des gens seront attirés vers vous pour ce que vous êtes et non ce que vous pensez qu'ils veulent que vous soyez. Ouch! C'est un peu compliqué mais ça dit ce que ça a à dire. Trouvez qui vous êtes, défendez vos valeurs, accordez de l'importance aux choses qui sont vraiment importantes et foutez-vous des choses et des personnes insignifiantes. Je ne sais pas si c'est la recette du bonheur mais ça peut sûrement aider à le trouver.

Autre article qui pourrait vous intéresser: On ne peut pas tout avoir dans la vie.

23 Comments