Si c'était facile, tout le monde le ferait. Quand on veut on peut? À force d'utiliser ces expressions, elles ont perdu un peu de leur force et de leur signification. Est-ce vrai que lorsqu'on veut, on peut? Je pense que oui... mais la plupart du temps, le chemin pour y parvenir n'est pas facile.

S'il y a une chose que j'aimerais léguer à mes enfants, c'est ma détermination. Certains parleraient d'entêtement et ils n'auraient probablement pas tord. Est-ce vraiment si différent? Peut-être. La détermination, pour moi, est une forme d'entêtement à atteindre un objectif. Avec assez de détermination, on peut viser ce but qui peut souvent sembler hors de portée. Mais personne n'a dit que ce serait facile.

Lorsqu'on est jeune, on se sent invincible et on fait souvent plein de conneries pour le prouver. On vieillit, les responsabilités nous ralentissent et on tombe dans une zone de confort qui nous permet de naviguer tranquillement dans la vie. J'ai dépassé le milieu de ma vie et je n'ai plus envie de voguer confortablement. J'ai envie de relever des défis, de refaire des conneries. Mon plus gros problème, c'est que mon corps a parfois de la difficulté à suivre ma tête ou mon coeur. J'ai vieilli. J'ai souvent mal partout. J'ai l'impression de tomber en morceaux. Mais personne n'a dit que ce serait facile.

Je pourrais rester dans ma zone de confort. Je pourrais rester au chaud à lire mon journal au lieu d'aller courir à -25°C. Je pourrais prendre ma bière tranquille à l'ombre au lieu de suer pendant quatre heures en montagne à 30°C. Personne ne m'oblige à sortir sous la pluie ou dans la tempête de neige. Mais je suis à un stade, dans ma vie, où j'ai besoin de me dépasser. J'ai ce besoin de voir jusqu'où je peux aller et rendu là, de voir si je peux pousser encore plus loin. Entêtement? Aucune idée mais ça me permet de me sentir vivant.

Le seul endroit o^`u la neige n'était pas tapée, c'était au s

Une chose est certaine, ce n'est pas toujours facile. Il y a des jours où la tête n'y est pas. D'autres jours, c'est le coeur. La plupart du temps, c'est le corps qui me fait mal. Je ne me souviens plus en quelle année la dernière fois où je me suis levé sans douleur le matin. Alors pourquoi cet entêtement? Pourquoi rechercher volontairement cet inconfort? Parce que la récompense est toujours plus grande que la liste des points négatifs.

Certains vont chercher la récompense externe: la victoire, la médaille, etc. Pour moi, c'est beaucoup plus simple. C'est l'accomplissement. Ma récompense, c'est d'avoir réussi à repousser mes limites et d'avoir vaincu tous mes petits démons qui insinuaient que ce serait beaucoup plus simple d'abandonner. Il y a également le côté terre à terre: je n'ai jamais été aussi en forme et mon bilan médical est parfait (bien meilleur qu'il y a 5 ou 10 ans). Mais ce qui me rend le plus heureux, c'est de voir tout le travail que j'ai fait pour arriver où j'en suis.

Alors c'est quoi le truc pour y arriver? Se grouiller le derrière et travailler fort. Passer par-dessus les petits échecs sans trop s'y attarder. Tomber et se relever. Continuer à avoir du plaisir. Profiter du voyage, de l'aventure car le chemin sera toujours plus important que la destination. Rester déterminé tout en restant souple car les objectifs peuvent toujours changer en cours de route. Je vous promet que ce ne sera pas toujours facile mais chaque barrière surmontée vous rendra fier et heureux.

Comment